Print this page

Irrigation

Pour une irrigation efficace des cultures, il est nécessaire de connaître la quantité d'eau à leur apporter. Cette quantité d'eau se calcule se base sur l'évapotranspiration, déterminée par les conditions climatiques et par l'état de la culture.

Grâce à son réseau de mesure, Pameseb peut calculer l'évapotranspiration de référence de Penman-Montheit (ET0). Cette évapotranspiration est ensuite modulée pour tenir compte du type de culture, de son stade, de son état sanitaire... A cet effet, Pameseb envoie ses données à deux organismes :

- Centre Maraîcher de Hesbaye, qui fait des Conseils à l'irrigation en légumes.
Pour en savoir plus : www.prov-liege.be/servagricoles/cmh

- New Farm Agriconsult, pour des conseils à l'irrigation en salade.
Pour en savoir plus : www.newfarm-agriconsult.com


Les modèles basés sur l'évapotranspiration sont en effet d'excellentes aides à la gestion pour les agriculteurs qui souhaiter irriguer leurs cultures. L'établissement de tout projet d'irrigation résulte de la comparaison entre les besoins en eau des cultures et le stock d'eau disponible dans les sols qui les supportent. Le bilan hydrique de la zone radiculaire s'établit comme le montre la figure suivante :

Présentation schématique du bilan hydrique dans la zone radiculaire

Une partie de l'eau de pluie ou d'irrigation qui atteint la surface du sol au cours d'une période donnée de temps s'infiltre dans le sol, une autre s'accumule temporairement en surface ou ruisselle le long de la pente. Une partie de l'eau infiltrée alimente la réserve utile, une autre s'évapore directement de la surface du sol, une autre est transpirée par les plantes et rejetée vers l'atmosphère, une autre percole au-delà de la profondeur considérée.